L'ISLANDAIS


1/Un petit cheval différent venu du froid

2/ L'histoire détaillée

3/ quelques conseils simples pour obetonir un meilleur tölt

 

Ferme de l'Altenbach

1 / Un petit cheval différent venu du froid

LES CHEVAUX DES VIKINGS. Les chevaux islandais ont une histoire ancienne: ils sont arrivés dans les ïles lointaines de l'Atlantique Nord sur les Drakkars des vikings il y a plus de mille ans.En l'an 930 après J.C. on décide d'interdire l'entrée de chevaux en Islande et de continuer l'élevage avec le cheptel existant sur l'île. A dater de ce moment plus de sang étranger ne fut mèlé á celui de ces chevaux dont les qualités ancestrales furent préservés intactes. Sur cette île rude faisant partie du Cercle Polaire, le cheval dut s'endurcir et s'adapter.

Jusqu'á ce jour ce petit cheval de guerre robuste et habitué á un climat hostile a été maintenu pur : il est donc tel qu'il était il y a mille ans, véritable témoin du passé.Pendant plus de mille ans, ce cheval a joué un rle essentiel dans la vie islandaise: il était dans l'île le seul moyen de transport pour les hommes comme pour les marchandises et il était présent dans chaque foyer.De nos jours, les Islandais continuent á faire preuve d'un protectionnisme acharné á l'égard de leur chevaux: tout cheval quittant l'île ne peut y revenir.

On compte actuellement environ 75000 chevaux en Islande utilisés pour la plupart pour l'élevage ou l'équitation, qui est l'un des sport favoris des Islandais


LE CHEVAL AUX CINQ ALLURES Le cheval Islandais á ceci de particulier qu'il a cinq allures. Au pas,au trot et au galop s'ajoutent le tölt et l'amble.Le tölt est une allure á 4 temps comme le pas mais au cours de laquelle le cheval n'a á chaque foulée qu'un ou deux membres au posé.D'apparence spectaculaire et saccadé cette allure est en fait la plus confortable qui soit. Le tölt se voit le tölt s'entend! Ce tike-tike-tike tike est particulièrement mis en évidence sur l'asphalte ou sur un plancher par exemple et celá n'a rien en commun avec ce que nous avons l'habitude d'entendre.L'amble quant á elle est une allure á deux temps avec un temps de projection dans laquelle se cheval se déplace par latéraux (les deux jambes du même coté se déplace en même temps , au moment de changer de coté le cheval se trouve en suspension ).A vive allure, l'amble est ce que le cheval islandais peut offrir de plus spectaculaire. Les chevaux islandais sont en général montés avec des selles au siège long permettant au cavalier de déplacer le poids de son corps de manière significative pour le cheval; la position de l'assiette conditionne les allures: en avant dans la selle,voire en équilibre, pour le trot, au centre et assis pour ambler et en arrière pour le tölt.

Allures artificielles ? Certains diront que l'amble et le tölt sont des allures artificielles crées par l'homme á l'aide de procédés douteux voire barbares.Les amateurs de chevaux d'allures le confirmeront, ce sont des allures génétiquement fixés que la plupart des races de chevaux avaient autrefois et ce n'est qu'á force de sélection que l'homme les a éliminer pour toutes sortes de raisons ( esthétisme á l'attelage saut d'obstacle etc...) A l'état naturel donc, le cheval islandais a cinq allures .D'ailleurs on sait que 60 % des races de chevaux tölt naturellement .

UN SEDUCTEUR l'islandais toise de 1,28 á 1,45m .Elevés en troupeau ,très rustiques , ces petits chevaux sont polyvalents et font preuve d'un caractère extraordinaire .Capables de porter de poids de 80 á 100 kg, ils ont un tempérament de feu et une intelligence vive . Le cheval islandais est avant tout un cheval utilitaire.Il doit être courageux et indépendant, docile et prèt á collaborer avec son cavalier ,être simple á entretenir et posséder un caractère irréprochable.L'islandais doit posséder au moins quatre allures. La cinquième l'amble est très souhaitable. Il doit avoir de bonnes proportions et s'inscrire dans un rectangle. La tête doit être sèche et expressive, l'encolure souple , longue et bien sortie, de sorte que le cheval se tienne dans une attitude harmonieuse.L'épaule doit être longue et oblique, le dos souple, la croupe bien inclinée large et musclée.Les membres doivent être vigoureusement développés et sans défauts et présenter des articulations bien marquées.



2/ LES ISLANDAIS : CHEVAUX DES DIEUX


L'Islande est décrite comme l'ïle du Feu et de la glace. Ces petits chevaux qui remplissent de fierté leurs éleveurs sont chaud comme de la lave et résistant comme des blocs de glace.
1. L'histoire
La scène se joue dans l'Europe du Nord Ouest.L'époque: le huitième siècle après JC.L'I rlande est christianisé depuis environs 2 siècles et l'Ecosse est également devenu un centre de la nouvelle religion qui se développe depuis la conversion de l'empereur Constentin en 313.A cette période de nombreuses tribus germaniques abandonnent les rites chrétiens alors que d'autres ne les ont pas encore adoptés.Ces tribus qui sont et veulent rester panthéistes, pratiquaient l'élevage de chevaux sacrés, le sacrifice rituel de chevaux , et de divers rites de fécondités liés au cheval.
Le ciel des Dieux du Nord regorgeait d'êtres rageurs des 2 sexes qui, soient se servaient de chevaux, soient en adoptaient la forme physisque.Le nom de l'arbre sacré "Yggdrasil" signifie le cheval d'Odin et était à l'origine une divinité principale vénérée sous la forme d'un cheval.Le père des Dieux Odin lui même possédait en Sleipnir, l'étalon aux huit jambes, un fils du Dieu rusé Loki, qui un jour se transforma en jument.Les Dieux du jour et de la nuit montaient des chevaux qu'Odin leur avaient donné: Hrimfaxi amenait la nuit avec sa crinière de givre alors que Skinfaxi noyait tout dans la lumière du jour avec sa crinière de feu.
En 786 eu lieu le Synode de Chelsea,et malgré le fait que l'Angleterre fut à l'époque officiellement chrétienne, les envoyés du Pape observèrent des rites avec des chevaux.Dans l'année qui suivit eu lieu la première invasion païenne de Viking de Norvège , un prémice de l'invasion de l'Angleterre depuis la scandinavie qui eu lieu 20 ans plus tard.L'Irlande connaissait depuis 795 une invasion viking qui conduisit à la création de port et de colonies importantes par les hommes du Nord.Partout en Irlande, Ecosse, Angleterre et sur les Hébrides, les Shettlands et sur l'Isle de l'Homme ils possédaient déja des bases de repli.
En Scandinavie même règnaient une caste de guerriers,dont le mode de vie etait encore fortement imprégné de religion païenne.A partir du huitième siècle commença lentement l'évangélisation qui conduisit lentement à l'intégration à l'Occident chrétien.Le Moine Bonifatius fut envoyé dans le Nord avec une bulle papale contre le sacrifice rituel de chevaux et ainsi la propagande pour le christianisme devint une lutte contre le cheval.Beaucoup refusèrent les dogmes de la nouvelles religion qui leur interdisait la consommation duncheval et sa vénération et commençérent sous la direction de leur chef Ingolfur et Leifur leur recherche d'un pays idéal que l'on supposait être vers l'ouest.
2. D'où vient-tu, cheval ?
La colonisation de l'Islande partit aussi bien de Norwège que des iles de l'atlantique ainsi que d'Irlande et d'Ecosse.L'hippologue écossais James Speed écrivit à ce sujet:
"En l'an 850 la dynastie des Macalpin s'est établie en Ecosse et la priorité fut donné au christianisme sur les antiques croyances celtiques.Un édit qui interdisait la consommation de viande de cheval portat un coup sévère aux éleveurs écossais qui dépendaient fortement de leurs troupeaux de chevaux demi-sauvage.Il s'en suivit un exode y compris des animaux -ils naviguèrent vers le Nord et colonisèrent l'Islande.(in The Iceland Conection).De manière tout identique les paysans norvégiens arrivèrent fuyant la tyrannie du Roi Harald Haarfagr( Schönhaar) qui cherchait à conquérir tout le pays."
Quels sont les chevaux que ces rudes héros emportèrent sur leurs bateaux adaptés à la navigation en haute mer? D'un point de vue communément admis il s'agit de poneys germains connus depuis Tacite et Césars.Ils étaient décrits comme laids et petits mais très résistants.Des mesures comparatives effectués dans des tombes sur les sites de Gokstad et Oseberg ( dans les 2 cas il s'agit de tombes -bateaux ).Ces mesures montrent de grandes similitudes entre chevaux islandais et germains.Sur la base de nouvelles études parmi lesquelles des comparatifs génétiques entre différentes races de chevaux on peut conclure qu'en plus des origines germanique ( danoise - norvégienne) il y eu une forte composante britannique. Ce qui confirme, en autres, les écrits de Speed.Les colons vinrent pour nombres d'entres eux directement de Scandinavie mais beaucoup furent des Celtes.Très certainement les Danois et Norvégiens interrompèrent leur voyage sur les iles britanniques et y découvrirent les bons poneys des Celtes.
En admettant que les chevaux de la Norvège de l'Ouest sont du type Fjord et que que ceux de la scandinavie du sud des poneys Gotland nous n'avons qu'une réponse partielle à la question des origines des chevaux Islandais.Sur les Iles Shettlands il y avait depuis longtemps la forme naine d'un poney britanNico-scandinave qui ressemble beaucoup à l' Islandais même s'il est très nettement plus petit.Les colons à la recherche de nouvelles terres ont emporté dans leur exil des poneys dont les origines remontent au poney sauvage d'Europe de l'Ouest.Celà étant dit comment se fait-il que les chevaux d'Europe du Nord aient aussi peu de disposition pour les allures latérales telles que l'amble et le "tölt "? IL n'est pas exclu que nous ayons à chercher la réponse à cette question en Espagne où depuis toujours il existe des chevaux ambleurs et tölteurs que les Romains déjà appréciaient . De la péninsule ibérique et par les routes commerciales et celà bien avant la naissance du Christ des chevaux ibériques atteignirent l'Irlande et l'Ecosse voisine, alors pourquoi pas de là jusqu'en Islande?
L'Islandais représente du fait de son isolation séculaire un type de l'ancien poney de l'ouest et du nord de l'Europe.En aucun cas il ne s'agit d'un descendant du Tarpan, du cheval des germains ou de n'importe quelle race spécifique mais d'un croisement homogène dont les composants sont beaucoup plus anciens que le produit final.
3. L'isolationnisme :haltes aux épidémies
En Islande les pratiques ancestrale continuèrent ,un édit papal autorisa même la consommation de viande de cheval parcequ'elle ne réussit jamais à l'interdire!Les combats d'étalons de mauvaise réputation qui avaient étés interdit par l'Eglise en 1592 mais qui continuèrent jusqu'en 1850 environ,étaient une autre représentation des anciennes croyances païennes.Dès l'an 930 fut crée l'Althing , le parlement islandais, qui interdit l'importation de toutes espèce animale afin d'empècher l'introduction de maladies contagieuses.Cette loi ne fut cependant appliquée pleinement qu'en l'an 1200 environet ainsi on peut parler de l'élevage de race pure à partir de cette date.Depuis l'interdiction de l'importation et grâce à la diversité des composants génétiques différents types de chevaux se sont développés.Le cheval Islandais est d'un type léger adapté à la selle dans le nord de l'ile alors que dans le sud on privilégie un type plus lours adapté aux charges lourdes et à la production de viande.( la viande de cheval à depuis toujours été une production capitale dans l'économie islandaise et est encore aujourd'hui une nourriture de base.)
Pendant de nombreux siècles il n'y eu pas de traces écrites concernant l'élevage de chevaux en Islande.Une exeption cependant furent les oeuvres de l'évèque Stefan Jonsson von Skalholt (1491-1518) qui possédait lui-même un grand troupeau.Vers 1788 le fonctionnaire Olafur Stephensen exigea dans un article détaillé l'amélioration de la race, donna des conseils en ce sens et décrivit la situation de l'époque.De la même manière.son fils Magnùs se prononça par écrit pour unr sélection rigoureuse dans le choix des reproducteurs, cependant les premiers pas en ce sens ne se concrétisèrent que vers 1879.A l'époque les responsables de l'arrondissement de Skagafjördur décidèrent que dans chaque commune seraient nommés trois responsables de l'élevage ayant comme mission de faire respecter les mesures d'amélioration de la race.Dans l'année qui suivit eu lieu le premier concours d'élevage avec prîmes à l'élevage à Skagafjördur considéré comme le haut lieu de l'élevage.A l'Althing furent édictés entre 1891 et 1927 les lois directrices en matière d"élevage.
Cependant l'élevage totalement de pure race est remis en cause par certains zoologues comme Speed, Etherington et d'autres spécialistes du cheval.Les précités tiennent des croisement avec des orientaux vers le début du siècle comme probable.Cette hypothèse même vraie n'aurait en fait que peu d'incidence étant donné que la sélection naturelle sur l'île élimine sans faille tous les produits inadaptés.
Depuis le 19 siècle des poneys d'Islande furent exportés pour le travail en montagne,cependant à l'époque ils n'éveillèrent ni attention ni enthousiasme particulier.Après la deuxième guerre mondiale il y eu en Allemagne une forte demande pour des petits chevaux de travail sobres et résistants e vers 1948 eurent lieu les premièrent importations.Il y eu bien évidemment une forte concurrence des chevaux haflinger et fjords et pour cause de mécanisation rapide bien peu de chevaux restèrent en service dans l'agriculture.Cependant l'on découvrit rapidement que l'Islandais,par ses qualités sous la selle,sa rusticité et ses allures particulières correspondait tout particulièrement à l'équitation de loisirs en pleine expansion.Des auteurs telles que Ursula Bruns ou Lise Gast contribuèrent à faire connaître la race à un très large public,c'est ainsi que commença une ascension fulgurante qui culmine avec sa popularité actuelle.La population de chevaux islandais à longtemps été constante entre 30000 et 45000 bètes.Il y eu ,pour cause de catastrophe naturelle ou d'évolution du marché des régressions .En 1703 on comptait 27000 poneys,en 1783 déjà 37000 puis il y eut l'éruption du volcan Lakagir à laquelle seulement 8400 chevaux survécurent.Mais dès 1804 on comptait déja 27000 poneys et à la fin du siècle ils étaient 43000.Longtemps la population stagna jusqu'à ce que la très forte demande européenne et la demande croissante de viande de cheval fit croître la population jusqu'à 83000 bètes aujourd'hui avec une tendance à l'augmentation, les abattages en regression et une qualité en stagnation.
4. Des moeurs rudes ...
Parceque de nombreuses parties de l'île sont inaccessible à un véhicule à moteur, les chevaux demeurent un moyen de transport indispensable.Dans ces régiond le transport des hommes et du matériel ne peut se faire qu'à dos de chevaux il en va de même pour la surveillance des troupeaux.Les chevaux sont d'une part objet de prestige et genétateurs de devises et d'autre part ils restent des animaux de travail.
En Islande les troupeaux de juments vivent en semi-liberté , pour les tâches indispensables ,marquage et soins les chevaux sont parqués dans de grands enclos où ils sont marqués à l'oreille.Ces rassemblements automnales permettent le tri entre animaux destinés à l'abattoir et ceux à l'élevage, ensuite les troupeaux sont conduits à proximité des fermes et en cas de mauvais temps ils sont complémentés parfois de poisson séché .Pendant la saison des saillies les juments sont parqués avec l'étalon choisis dans des enclos clôturés pour quelques semaines ,le poulinage se fait en pleine nature.Il est interdit de laisser des étalons en liberté même agrées à la monte.
Certains éleveurs selectionnent encore selon la coutume ancestrale des robes, qui trouve vraissemblement ses origines dans d'antiques croyances religieuses celtes et germaniques.
Bien plus important sont cependant les épreuves de capacités sous la selle qui concernent les deux sexes.Elles sont régies par des règles internantionales .L'association internationale "FEIF" crée en 1949 élabore les directives à l'élevage ainsi il existe des répertoires de performances et des épreuves de modèles et allures.
Tous les 4 ans à lieu le "Landsmot" pendant lequel des poneys présélectionnés sont jugés, approuvés, et primés.Cette grande fête est également l'occasion pour les passionés de la race du monde entier de se rencontrer.
Cependant tous ce qui vient d'Islande ne correspond pas, loin s'en faut, à la conception européenne d'un cheval utilisable.
L'élevage en semi-liberté sans contact avec l'homme et les rares manipulations et là, brutales, gâtent trop souvent le caractère fondamentalement correct du cheval Islandais.Les méthodes de dressage sont aussi empreinte du feu et de la glace ! On soumet les chevaux à une douche écossaise faite de l'alternance de fortes pressions et d' indifférence. celà peu suffire pour faire un cheval utilitaire mais semble peu approprié pour former un cheval de loisirs sùr même avec les enfants.
Les anciens Celtes et Germains aimaient les courses de chevaux, les combats d'étalons aux issues souvent fatales. Celà nous paraît barabare aujourd'hui mais il ne faut pas oublier que ces rituels aux origines religieuses avaient un but pratique en l'occurence la sélection des individus les plus fort.
Différents modèles pour différentes utilisations
Par bonheur depuis, on a évalué vers des concours bien plus pacifiques.Ceux-ci sont organisés de manière particulière en Islande.Les premières courses officielles des temps modernes eurent lieu en 1874 pour la fête du millénaire à Akureyri.En 1922 fut crée la première Association de cavaliers depuis lors il y en a plus de 50.
La particularité de l'équitation islandaise avec les allures du Tölt et de l'amble s'exporta avec les chevaux.On ne veut ni ne peut à peine dresser ou monter des chevaux islandais autrement que selon la méthode traditionnelle.Et ainsi on apprécie pleinement le confort des allures.Les cavaliers d'islandais ne peuvent de ce fait à peine accéder aux concours équestre traditionnel.Ceci à conduit à la création de concours spécifiques.Les courses islandaises typiques ont lieu sur des distances de 300 et1500m. et se courent au galop et à l'amble.Les chevaux ambleurs peuvent parcourir les 50 premiers mètres au galop et tombent ensuite dans leur allure.Les épreuves dites d'allure pendant lesquelles le tölt, les épreuves " 4 " et "5" allures constituent le clou de ces concours.


 

3/ quelques conseils simples pour un meilleur tölt

 


Voici quelques indications non exaustives pour parvenir a un meilleur tölt . Il faut d’abord définir si le cheval tend vers le “quatre allure” ou vers le “cinq allures” voire le “trois allures”. Bien que cette classification soit susceptible d’évoluer au cours du travail elle permet d’établir un programme de travail.
Pour des chevaux à tendance 4 allures :
parmi ces chevaux “4 allures” on distingue ceux qui tendent vers le trot dans leur tölt ( autrement dit qui ont tendance à diagonaliser) et ceux qui tendent vers l’amble ( ou qui latéralisent )

Pour ceux qui tendent vers le trot ( ou diagonalisent ):

ces chevaux mobilisent généralement insuffisemment leur arrière main et “quittent " le tölt pour le trot. A celà se rajoutent fréquement de mauvaises attitudes due à des erreurs dans les aides ( trop de mains, manque d’aides impulsives ) parfois aussi des défectuosités morphologiques.
- Utiliser le au pas comme base de travail pour améliorer le rassembler du cheval.
_ Tölter sur des distances courtes ( même si se ne sont que 3 5 ou 10 mètres ) aussi longtemps que le tölt reste dans le rythme. Veiller à ce que les transitions tölt/pas soient propres , ne tirer pas simplement sur les rênes pour passer au pas mais efforcer vous de mettre le cheval sur la main , de tendre votre cheval entre vos jambes et vos mains de manière à ce que le cheval concerve l’activité de son arrière- main et cède dans la nuque. Ceci est particulirement important pour des chevaux qui ont une attitude d’encolure et de nuque trop haute.
- pour ces chevaux ayant une tendance au trot ,adoptez une assiette positivement tendue tenez vous bien droit et ne vous penchez pas en avant.
A SUIVRE...

Ferme de l'Altenbach

Le Paso Péruvien | Etalon | Le Paso Fino | Le Cheval Islandais | Le Cheval d'Aegidienberg
Chevaux Paso & Ibériques á vendre | Chevaux Islandais á vendre
Petites annonces | Liens | Gîte | Sellerie